Informations

CEBUA ARG-6 - Historique

CEBUA ARG-6 - Historique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cebu

Une île du centre des Philippines.

(ARG-6 : dp. 4 621 ; 1. 441'fi" ; h 6fi 11 ; dr, 23' ; s. 12.5
k.; cpl. 583 ; une. 1 5"; cl. Luçon)

Cebu (ARG-G) a été lancé le 18 octobre 1943 par Bethlehem-Fairfield Shipyards, Inc., Baltimore, Maryland, dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime sous le nom de Franeis Duffy ; parrainé par Mme M. C. Bird ; acquis par la Marine le 27 octobre 1943 ; et mis en service le 16 avril 1944, commandé par le capitaine G. W. Scott.

La mission spéciale de Cebu était de fournir des ateliers et des hommes entraînés pour la réparation des moteurs à combustion interne, mais au cours de la guerre, ses hommes ont effectué une variété impressionnante de tâches, allant de la réparation d'horloges de navires à des travaux majeurs sur des cuirassés. Elle est arrivée à Manus dans les îles de l'Amirauté le 10 septembre 1944. Dans cette grande base de flotte, elle a préparé de petites embarcations et de plus grands navires pour leur rôle dans les opérations aux Philippines, travaillant plusieurs fois 24 heures sur 24 afin d'assurer l'état de préparation des navires essentiels à la succès des assauts de l'invasion.

À Manus le 10 novembre 1944, le Cebus était ancré à seulement 800 mètres du mont Hood (AE-11) lorsque le navire de munitions a explosé, inondant les ponts du Cebu de fragments muets et de projectiles lourds. Cinq de ses hommes ont été tués et six blessés, mais un travail rapide a empêché de graves dommages au navire lui-même. Elle a pu continuer son travail essentiel sans interruption, en préparant les navires pour les assauts du Lingayen et de l'Iwo Jima.

Cebu a été stationné à Ulithi du 22 janvier 1945 au 12 février lorsqu'il a navigué pour la baie de San Pedro, P.I. Son travail s'est poursuivi à un rythme effréné alors que les victimes d'attentats-suicides nécessitaient des réparations immédiates. Ses services aux petites embarcations à Leyte se sont poursuivis jusqu'au 21 septembre, date à laquelle il a navigué pour des fonctions d'occupation à Okinawa et au Japon jusqu'au 11 mars 1946.

Cehu s'est préparé à Pearl Harbor du 29 mars 1946 au 11 mai pour son rôle de soutien aux essais atomiques de l'opération "Crossroads" à Bikini et Kwajalein à l'été 1946. Il est arrivé à San Diego le 28 septembre et a été mis hors service en réserve à Stockton, Californie, le 30 juin 1947.

Cobu a reçu une étoile de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


CEBUA ARG-6 - Historique

13 910 tonnes
459' 2' x 28' 3" x 28' 3"
1 x 5 "/38 pistolet
4 x 3"/50 pistolet
2 x jumelles 40 mm AA
10 x 20 mm AA
Cargaison 7 700 tonnes longues

Le 28 janvier 1944 acquis par l'US Navy (USN) sur la base d'un prêt-affrètement puis converti en navire de tête du navire de munitions de classe Mount Hood (Type C2-S-AJ1) par Norfolk Shipbuilding & Dry Dock Company à Norfolk , Virginie, et au Norfolk Navy Yard. Peint en motif de camouflage Mesure 32, Design 18F. Mise en service le 1er juillet 1944 avec le Comdr. Harold A. Turner aux commandes et a effectué une croisière abrégée d'aménagement et de mise au point dans la région de la baie de Chesapeake.

Histoire de la guerre
Le 5 août 1944, affecté à ComServFor, Atlantic Fleet et affecté au Task Group 29.6 (TG 29.6). Après avoir été chargé de marchandises à Norfolk, il est parti le 21 août 1944 et six jours plus tard, il a transité par le canal de Panama et a traversé le Pacifique de manière indépendante via Finschafen, puis s'est rendu à Manus. Le 22 septembre 1944, il est arrivé à Seeadler Harbour au large de Manus et a été affecté à ComSoWesPac pour fournir des munitions et des explosifs aux navires de guerre.

Histoire de naufrage
Le 10 novembre 1944 à 8h55, ancre dans le port de Seeadler, sa cargaison d'explosifs a explosé accidentellement dans une explosion massive. A bord, tout l'équipage a été tué, à l'exception de dix-huit qui étaient à terre pour ramasser le courrier du navire. Neuf péniches de débarquement mécanisées (LCM) et une barge ponton étaient amarrées à côté et détruites dans l'explosion.

L'explosion massive a provoqué une énorme boule de feu qui a endommagé et fait des victimes sur 36 autres navires au mouillage, y compris des navires ancrés jusqu'à 2 000 mètres. Les autres navires endommagés par l'explosion ou les débris comprenaient : USS Abarenda (IX-131), USS Alhena (AKA-9), USS Argonne (AS-10), USS Aries (AK-51), USS Cacapon (AO-52), USS Cebu (ARG-6), USS Kyne (DE-744), USS Lyman (DE-302), USS Mindanao (ARG-3), USS Oberrender (DE-344), USS Petrof Bay (CVE-80), USS Piémont (AD-17), USS Potawatomi (ATF-109), SS Preserver (ARS-8), USS Saginaw Bay (CVE-82), USS Talbot (DD-114), USS Walter C. Wann (DE-412) , USS Young (DD-580), USS YF-681, USS YMS-1, USS YMS-140m USS YMS-238, USS YMS-243, USS YMS-319, USS YMS-335, USS YMS-342, USS YMS -39, USS YMS-49, USS YMS-52, USS YMS-71, USS YMS-81, USS YO-77, USS YMS 293, USS YMS 286, USS YMS 340 et USS YMS 341.

L'USS Mindanao (ARG-3) était ancré à 350 mètres. Topside 82 de son équipage ont été tués par l'explosion et les éclats d'obus. Amarrés à côté de son quartier tribord se trouvaient quatre dragueurs de mines à moteur dont l'USS YMS 293, l'USS YMS 286, l'USS YMS 340 et l'USS YMS 341. Par la suite, une photographie des efforts de sauvetage a montré le navire gravement endommagé avec de gros trous dans le côté bâbord des éclats d'obus qui ont touché le coque. Par la suite, il fut en réparation jusqu'au 21 décembre 1944.

L'USS Cebu (ARG-6) était ancré à 800 mètres et le pont a été touché par des éclats d'obus et des débris qui ont tué cinq membres d'équipage et blessé six autres. Le navire a également subi des dommages.

L'USS Argonne (AS-10) a été touché par 221 débris et a récupéré 1 300 livres d'épave lors de la recherche de survivants. L'explosion fait 327 disparus, 45 morts et 371 blessés. Rayé officiellement du registre de la Marine le 11 décembre 1944.

AEN1C Michael Kunz, CASU 49 ajoute :
« J'étais là-bas sur un navire de transport de la Marine lorsque le Hood a explosé. nous étions au mouillage à environ un mille de l'endroit où se trouvait le Hood. Nous avons tous couru pour nous mettre à l'abri et avons attendu environ trois minutes, puis l'huile est tombée sur nous. On ne nous a jamais dit ce qui avait causé l'explosion.

Steve Nazizise ajoute :
"Un transport de troupes USS Chateau Thieery (AP-31) était amarré et prêt à partir à environ 300 mètres du Mt. Hood lorsqu'il a explosé. Elle était l'un des transports de troupes ramenant les plaisanciers PT à la maison avec d'autres troupes des champs de bataille du Pacifique."

Mémorial
Après l'explosion, aucun reste de l'équipage n'a été localisé. L'ensemble de l'équipage a été officiellement déclaré mort le 10 novembre 1944. Tous restent sur la liste des disparus au combat (MIA) et sont commémorés au cimetière américain de Manille sur les tablettes des disparus.

Naufrage
L'explosion a détruit tout le navire. Le plus gros morceau d'épave récupéré ne mesurait que 10' x 16'. Sous l'eau, les plongeurs ont découvert une tranchée d'environ 1 000 pi x 200 pi et d'environ 40 pi de profondeur créée par l'onde de choc sous-marine causée par l'explosion.

Les références
Journal de guerre de la NARA, base navale de Manus - novembre 1944
NARA USS YMS-293 "Rapport sur les dommages amplifiés - U.S.S. YMS 293 29 novembre 1944 pages 1-2
Commandement de l'histoire et du patrimoine de la Marine - Mount Hood I (AE-11) 1944
Navy History and Heritage Command - H-029-5 : Une brève histoire des principaux accidents de la marine américaine
"1944, Mount Hood (AE-11) : Le 10 novembre 1944 à Seeadler Harbour, Manus Island, Admiralty Islands (près de la Nouvelle-Guinée), le nouveau navire de munitions Mount Hood (AE-11) a explosé spontanément avec 3 800 tonnes de munitions à bord, effaçant le navire et chacun de ses plus de 300 membres d'équipage. Le plus gros morceau du navire retrouvé mesurait 16 pieds sur 10 pieds, et aucun reste humain n'a été retrouvé. Tout le personnel à bord du navire de réparation voisin Mindanao (ARG-3) a été tué et le navire a été perforé par des éclats d'obus, tuant 82 de son équipage. Vingt-deux petites embarcations et bateaux ont été coulés. Dix-huit plus grands navires ont été endommagés dans une certaine mesure, y compris les porte-avions d'escorte Saginaw Bay (CV-82), Petrof Bay (CVE-80), un destroyer et quatre destroyers d'escorte. Au total, 372 ont été tués (dont 327 disparus) et 371 ont été blessés. La commission d'enquête n'a pas été en mesure de déterminer une cause exacte. Les seuls survivants de l'équipage du mont Hood étaient une équipe à terre de 14 hommes (un autre rapport en dit 18) et six autres hommes qui sont partis en bateau peu de temps avant l'explosion. Deux de ces hommes ont été emmenés au brick à terre pour une cour martiale, leurs charges ont été abandonnées. »
USS Mount Hood (AE-11) -- Explosion, 11 [sic 10] novembre 1944 via Wayback Machine 13 novembre 2014
Centre historique de la Marine - USS Mount Hood (AE-11), 1944-1944 via Wayback Machine 24 novembre 2014
Explosion de l'USS Mount Hood et enquête officielle et témoignages oculaires des survivants via Wayback Machine 15 janvier 2017
NavSource - USS Mount Hood (AE-11)
HullNumber - Liste de l'équipage de l'USS Mt. Hood (AE-11)
Commission américaine des monuments de bataille (ABMC) - Marvin L. Edwards
FindAGrave - S1 Marvin L Edwards (comprimés des disparus)
FindAGrave - Marvin Lee Edwards (marqueur commémoratif)

Contribuer des informations
Êtes-vous un parent ou associé à une personne mentionnée?
Vous avez des photos ou des informations supplémentaires à ajouter ?


Contenu

Le nom "Cebu" vient de l'ancien Cebuano : sibu ou sibo (« commerce »), une forme abrégée de hingpit sinibuayng, « le lieu du commerce ». Il était à l'origine appliqué aux ports de la ville de Sugbu, l'ancien nom de la ville de Cebu. [5] Les interprétations alternatives du nom par les commerçants entre le XIIIe et le XVIe siècle comprennent Sébu, Sibuy, Zubu, ou Zébu, entre autres. [6] Sugbu ou Sugbo, à son tour, est dérivé du terme Old Cebuano pour "terre brûlée" ou "grand feu". [5] [7]

Le Rajahnate de Cebu était un royaume indigène qui existait à Cebu avant l'arrivée des Espagnols. Il a été fondé par Sri Lumay autrement connu sous le nom Rajamuda Lumaya, un prince mi-malais, mi-tamoul de la dynastie Chola qui envahit Sumatra en Indonésie. Il a été envoyé par le Maharajah pour établir une base pour les forces expéditionnaires afin de soumettre les royaumes locaux, mais il s'est rebellé et a établi son propre Rajahnate indépendant à la place. [8]

L'arrivée de l'explorateur portugais Ferdinand Magellan en 1521 a marqué le début d'une période d'exploration et de colonisation espagnole. [9] [10]

Perdant la faveur du roi Manuel Ier du Portugal pour son projet d'atteindre les îles aux épices en naviguant vers l'ouest depuis l'Europe, Magellan offrit ses services au roi Charles Ier d'Espagne (Charles V, empereur du Saint-Empire). Le 20 septembre 1519, Magellan a dirigé cinq navires avec un effectif total de 250 personnes du fort espagnol de Sanlúcar de Barrameda en route vers l'Asie du Sud-Est via les Amériques et l'océan Pacifique. Ils atteignirent les Philippines le 16 mars 1521. Rajah Kolambu, le roi de Mazaua, leur dit de se rendre à Cebu, où ils pourraient commercer et se procurer des provisions.

En arrivant à Cebu City, Magellan, avec Enrique de Malacca comme traducteur, s'est lié d'amitié avec Rajah Humabon le Rajah ou roi de Cebu, et a persuadé les indigènes de s'allier avec Charles Ier d'Espagne. Humabon et sa femme ont reçu des noms chrétiens et ont été baptisés comme Carlos et Juana. Le Santo Niño a été présenté à la reine natale de Cebu, comme symbole de paix et d'amitié entre les Espagnols et les Cebuanos. Le 14 avril, Magellan érige une grande croix de bois sur les rives de Cebu. Par la suite, environ 700 insulaires ont été baptisés.

Magellan entendit bientôt parler de Datu Lapu-Lapu, un roi indigène de l'île voisine de Mactan, un rival des Rajahs de Cebu. On pensait que Humabon et Lapu-Lapu s'étaient battus pour le contrôle du commerce florissant dans la région. Le 27 avril, la bataille de Mactan a eu lieu, où les Espagnols ont été vaincus et Magellan a été tué par les indigènes de Mactan [11] dans l'île de Mactan. Selon l'historien et chroniqueur italien Antonio Pigafetta, le corps de Magellan n'a jamais été retrouvé malgré les efforts pour l'échanger contre des épices et des bijoux. Le commandant en second de Magellan, Juan Sebastián Elcano, a pris sa place en tant que capitaine de l'expédition et a ramené la flotte en Espagne, faisant le tour du monde.

Les survivants de l'expédition de Magellan retournèrent en Espagne avec des récits d'une île sauvage des Indes orientales. Par conséquent, plusieurs expéditions espagnoles ont été envoyées dans les îles mais toutes se sont soldées par un échec. En 1564, des explorateurs espagnols dirigés par Miguel López de Legazpi, venus du Mexique, sont arrivés en 1565 et ont établi une colonie. [12] Les Espagnols ont combattu le roi, Rajah Tupas, et ont occupé ses territoires. Les Espagnols ont établi des colonies, le commerce a prospéré et a rebaptisé l'île en "Villa del Santísimo Nombre de Jesús" (Ville du Très Saint Nom de Jésus). Cebu est devenu la première colonie européenne établie par les Cortés espagnols aux Philippines. En 1595, l'Universidad de San Carlos a été créée et en 1860, Cebu a ouvert ses ports au commerce extérieur. La première imprimerie (Imprenta de Escondrillas y Cia) a été créé en 1873 et en 1880, le Colegio de la Inmaculada Concepcion (Collège de l'Immaculée Conception) a été créé et le premier périodique Le Bulletin de Cebu ("El Boletin de Cebú") a commencé à publier en 1886. En 1898, l'île a été cédée aux États-Unis après la guerre hispano-américaine et la guerre américano-philippine. En 1901, Cebu a été gouvernée par les États-Unis pendant une brève période, cependant, elle est devenue une province à charte le 24 février 1937 et a été gouvernée indépendamment par des politiciens philippins.

Cebu, étant l'une des îles les plus densément peuplées des Philippines, a servi de base japonaise pendant leur occupation pendant la Seconde Guerre mondiale qui a commencé avec le débarquement de soldats japonais en avril 1942. Les 3e, 8e, 82e et 85e Division d'infanterie de la L'armée du Commonwealth des Philippines a été rétablie du 3 janvier 1942 au 30 juin 1946 et le 8e régiment de la police des Philippines a été rétabli du 28 octobre 1944 au 30 juin 1946 au quartier général militaire et dans les camps militaires et en garnison dans la ville de Cebu et province de Cebu. Ils ont commencé les opérations militaires anti-japonaises à Cebu d'avril 1942 à septembre 1945 et ont aidé les guérilleros de Cebuano et ont combattu les forces impériales japonaises. Près de trois ans plus tard, en mars 1945, les forces philippines et américaines combinées débarquèrent et réoccupèrent l'île lors de la libération des Philippines. Les groupes de guérilla de Cebuano dirigés par un Américain, James M. Cushing, sont crédités de la création des "Koga Papers", [13] qui auraient changé les plans américains pour reprendre les Philippines à l'occupation japonaise en 1944, en aidant les Les forces combinées des États-Unis et de l'armée du Commonwealth des Philippines entrent à Cebu en 1945. L'année suivante, l'île obtient son indépendance de la domination coloniale en 1946.

Cebu est devenu un centre clé de la résistance contre la dictature de Marcos, [14] devenant d'abord évident lorsque la formation hâtive de Pusyon Bisaya a vaincu l'ensemble de la liste de Marcos Kilusang Bagong Lipunan (KBL) dans la région VII. [15] Plus tard, Cebu jouerait un rôle clé dans les jours qui ont précédé la révolution du pouvoir populaire de 1986 et l'éviction de Marcos. C'est depuis le cercle de Fuente Osmeña à Cebu que les forces de l'opposition ont relancé la Campagne de désobéissance civile contre le régime de Marcos et ses acolytes le 22 février 1986. Après cela, le monastère des Carmélites de Barangay Mabolo, dans la ville de Cebu, a servi de refuge aux candidats de l'opposition. Aquino et Laurel pendant le premier jour de la révolution du pouvoir populaire, car il n'était pas encore sûr de retourner à Manille. [16]

En février 2012, l'île de Cebu a subi les effets d'un séisme de magnitude 6,7 sur l'île voisine de Negros et a été le plus grand séisme de la région depuis 90 ans. La secousse a secoué les bâtiments, mais il n'y a eu aucun rapport de dommages importants aux bâtiments ou de pertes de vies humaines sur l'île de Cebu elle-même. Ce tremblement a été causé par un défaut non enregistré auparavant.

En octobre 2013, Cebu et Bohol ont été frappés par un séisme record de magnitude 7,2 qui a fait plus de 100 morts et effondré certains bâtiments, dont 5 églises historiques. Il y a eu plus de 700 répliques.

Cebu est situé à l'est de Negros, à l'ouest des îles Leyte et Bohol. La province se compose de l'île de Cebu, ainsi que de 167 îles plus petites, dont Mactan, Bantayan, Malapascua, Olango et les îles Camotes. Mais les villes très urbanisées de Cebu, Lapu-Lapu et Mandaue sont des villes indépendantes non sous tutelle provinciale, mais souvent regroupées avec la province à des fins géographiques et statistiques.

La superficie de la province est de 4 944 kilomètres carrés (1 909 milles carrés), ou lorsque les villes indépendantes sont incluses à des fins géographiques, la superficie totale est de 5 342 kilomètres carrés (2 063 milles carrés).

L'emplacement central de Cebu, la proximité d'une destination touristique inhabituellement exotique, l'accès facile à une diversité de merveilles végétales, animales et géologiques au sein de l'île et l'éloignement des tremblements de terre et des typhons sont quelques-uns des attributs particuliers de Cebu.

Île de Cebu Modifier

L'île de Cebu est la 126e plus grande île du monde. L'île de Cebu elle-même est longue et étroite, s'étendant sur 196 kilomètres (122 mi) du nord au sud et sur 32 kilomètres (20 mi) à son point le plus large. [18] Il a des côtes étroites, des plateaux calcaires et des plaines côtières. Il a également des collines et des chaînes de montagnes accidentées traversant les longueurs nord et sud de l'île.

Les plus hautes montagnes de Cebu culminent à plus de 1 000 mètres (3 300 pieds). Des terrains plats se trouvent dans la ville de Bogo et dans les villes de San Remigio, Medellin et Daanbantayan dans la région nord de la province. [18]

La superficie de l'île est de 4 468 kilomètres carrés (1 725 milles carrés), [17] ce qui en fait la 9e plus grande île des Philippines. Il soutient plus de 3,5 millions de personnes, dont 2,3 millions vivent dans la région métropolitaine de Cebu.

Des plages, des atolls coralliens, des îles et de riches zones de pêche entourent Cebu.

Le charbon a été découvert pour la première fois à Cebu vers 1837. Il y avait 15 localités sur toute l'île, sur les deux côtes, une exploitation minière décousue avait été menée à Naga près du mont Uling, mais les opérations les plus sérieuses étaient à Licos et Camansi à l'ouest de Compostelle et Danao. [19] Le travail actif a cessé vers 1895 avec les insurrections et aucune production n'a fonctionné pendant plus de dix ans. Une étude topographique et géologique de Compostela, Danao et Carmen a eu lieu en 1906. [20] Le bassin houiller Compostela-Danao contenait environ six millions de tonnes exploitables. Les tramways, l'un de Danao à Camansi, l'autre de Compostelle au mont Licos, ont été entrepris en 1895, ainsi qu'une route de wagons construite en 1877, de Cotcot à Dapdap.

Climat Modifier

Le climat de Cebu est tropical. Il y a 2 saisons à Cebu - la saison sèche et la saison humide. [21] C'est sec et ensoleillé la plupart de l'année avec quelques pluies occasionnelles pendant les mois de juin à décembre. La province de Cebu reçoit normalement des typhons une fois par an ou aucun.

Le nord de Cebu reçoit plus de précipitations et de typhons que le sud de Cebu car son climat est différent. Le typhon Haiyan (Yolanda) a frappé le nord de Cebu en 2013, tuant 73 personnes et en blessant 348 autres. Bien que la plupart des typhons n'aient touché que la partie nord de Cebu, les zones urbaines du centre de Cebu sont parfois touchées, comme lorsque le typhon Mike (Ruping), l'un des pires à avoir frappé Cebu, a frappé le centre de Cebu en 1990.

Les températures à Cebu peuvent atteindre un maximum de 36 °C (97 °F) de mars à mai, et aussi bas que 18 °C (64 °F) dans les montagnes pendant la saison humide. La température moyenne est d'environ 24 à 34 °C (75 à 93 °F), et ne fluctue pas beaucoup sauf pendant le mois de mai, qui est le mois le plus chaud. Cebu a une humidité moyenne de 70 à 80%. [22]

Flore Modifier

Cebu a peu de couvert forestier restant. Les parcelles forestières restantes à Cebu sont principalement composées des espèces d'arbres suivantes. [23]

    : Carallia brachiata et espèces introduites Tectona grandis, Swietenia macrophylla, Gmelina arborea, et Casuarina equisetifolia : Carallia brachiata et espèces introduites Swietenia macrophylla forêt: Ficus spp., Artocarpus blancoi, Macarang grandifolié, et Cinnamomum cebuense : Carallia brachiata : Trevesia burckii, Voacanga globosa, Schefflera actinophylla, Pouteria villamilii, et Palaquium luzoniense

Faune Modifier

Les espèces endémiques à Cebu comprennent le pic à fleurs de Cebu (Dicaeum quadricolor), scinque mince de Cebu (Brachymeles cebuensis) et Black Shama (Copsychus cebuensis).

Divisions administratives Modifier

La province de Cebu a 3 des villes indépendantes (Cebu, Lapu-Lapu et Mandaue) qui ne sont pas sous tutelle provinciale mais sont regroupées avec la province à des fins géographiques et statistiques, 6 villes composantes (Bogo, Carcar, Danao, Naga, Talisay et Toledo), et 44 communes pour un total de 53 unités.

La population de la province de Cebu en 2015 était de 2 938 982 personnes, avec une densité de 590 habitants par kilomètre carré ou 1 500 habitants par mile carré. [3] Lorsque les villes indépendantes – Cebu City (922 611 [26] ), Lapu-Lapu (408 112 [26] ) et Mandaue (362 654 [26] ) – sont incluses à des fins géographiques, la population totale est de 4 632 359 personnes, avec une densité de population de 870 habitants par kilomètre carré (2 300/m²).

La population des Visayas centrales est majoritairement jeune avec environ 37 pour cent de sa population âgée de moins de 10 ans. Cela est très évident dans la base très large de la pyramide des âges de la région qui prévaut depuis 1970 mais à un rythme décroissant. Une baisse de 2,29 points de pourcentage de la proportion de la population à domicile de moins de 15 ans a été notée de 1980 à 1995. À l'inverse, une augmentation de 3,06 points de pourcentage a été observée dans le groupe des 15-64 ans au cours de la même période. La population de la région est également répartie entre les hommes et les femmes. Cependant, la population masculine de la région a augmenté à un rythme plus rapide que la population féminine. [27]

En 2010, l'âge médian de la population de la province était de 23,0 ans, ce qui signifie que la moitié de la population avait moins de 23,0 ans. [2] C'est plus élevé que l'âge médian de 20,8 ans enregistré en 2000.

Langues Modifier

La langue cebuano est parlée à Cebu, ainsi que dans la plupart des régions des Visayas, y compris Bohol (où elle est parlée sous le nom de Boholano), Siquijor, l'ouest de Leyte, Biliran et la région insulaire de Negros (en particulier dans le Negros Oriental), ainsi que la plupart provinces de Mindanao.

Dans les îles Camotes, en particulier à Poro, les habitants parlent leur propre langue visayenne appelée Porohanon, qui a des influences Masbateño et Waray-Waray. Certains habitants des îles Bantayan parlent également le bantayanon, une langue visayenne liée à Hiligaynon.

Religion Modifier

La majorité de sa population est catholique romaine [30], suivie d'environ 95% des Cebuanos [ citation requise ] . Il y a aussi des adeptes de l'Iglesia Filipina Independiente, de l'Islam, du Bouddhisme et de l'Hindouisme.

Cebu est la capitale de la foi catholique [31] en raison d'être la première ville chrétienne, [32] la première capitale des Indes orientales espagnoles et le berceau du christianisme et de l'Église philippine. Le pape Jean-Paul II, dans son homélie pour les familles à Cebu (19 février 1981), a qualifié l'île de berceau du christianisme aux Philippines. [33]

L'image de Santo Niño de Cebu (Saint Enfant de Cebu), la plus ancienne image chrétienne des Philippines, est enchâssée et vénérée dans la basilique de Santo Niño. Selon des documents historiques philippins, la statue du Santo Niño (Saint Enfant) a été offerte à l'épouse du Rajah de Cebu par l'explorateur portugais Ferdinand Magellan. L'amitié est représentée dans l'événement culturel de Cebu, le Sinulog, où des défilés de rue et des battements de tambours bruyants précédés d'une messe chrétienne sont célébrés chaque troisième dimanche de janvier. Cebu a un archidiocèse catholique romain et plusieurs grandes églises, dont la basilique mineure du Santo Niño de Cebu, la cathédrale métropolitaine de Cebu, l'église paroissiale Santo Rosario, l'église San José-Recoletos, l'église du Sacré-Cœur, le sanctuaire archidiocésain de Notre-Dame de Lourdes, Sanctuaire de Notre-Dame de la Règle, Sanctuaire national de Saint-Joseph, Sanctuaire archidiocésain de Notre-Dame de Guadalupe de Cebu, Église San Nicolas de Tolentino et d'autres églises chrétiennes, ainsi que plusieurs autres églises, mosquées et temples non catholiques.

Congrès Modifier

Quartier Représentant Fête Terme Bloc
1er Eduardo R. Gullas Nationaliste [34] 1 Majorité
2e Wilfredo S. Caminero NUP 3 Majorité
3e Pablo John F. Garcia PDP–Laban/1-Cebu 1 Majorité
4e Janice Z. Salimbagon PDP–Laban/1-Cebu 1 Majorité
5e Vincent Franco D. Frasco Lakas/1-Cebu 1 Majorité
6e Emmarie M. Ouano-Dizon PDP–Laban/1-Cebu 1 Majorité
7e Peter John D. Calderon PNJ 2 Majorité

"Ceboom", une combinaison de Cebu et boom, a été utilisé pour décrire le développement économique de la province. Avec de nombreuses îles magnifiques, des plages de sable blanc, des hôtels et complexes de luxe, des sites de plongée et des sites patrimoniaux, le nombre élevé de touristes nationaux et étrangers a alimenté l'industrie touristique de Cebu. Cebu reçoit régulièrement une grande part des arrivées de touristes aux Philippines et est devenue la porte d'entrée touristique du centre et du sud des Philippines en raison de sa situation géographique centrale, de son accessibilité et de ses ressources naturelles. La province accueille également diverses conférences nationales et internationales chaque année.

Environ 80% des opérateurs maritimes nationaux et internationaux et des constructeurs de navires aux Philippines sont situés à Cebu. Les entreprises de construction navale de Cebu ont fabriqué des vraquiers jusqu'à 70 000 tonnes de port en lourd (DWT), ainsi que des embarcations rapides à double coque. L'industrie de Cebu contribue à faire des Philippines le 5e plus grand pays de construction navale au monde.

Les vastes installations portuaires de Cebu et sa proximité avec les routes maritimes et aériennes intra-asiatiques sont des facteurs majeurs qui ont conduit les entreprises multinationales à établir des bureaux ou des usines sur l'île principale, ainsi que sur l'île de Mactan, où elles sont regroupées dans des zones économiques spéciales connues comme la zone de traitement économique de Mactan 1 (MEPZ-1) et la zone de traitement économique de Mactan 2 (MEPZ-2). En raison de son industrie de fabrication de meubles en plein essor, Cebu a été nommée capitale du meuble des Philippines. Les autres exportations de Cebu comprennent : des accessoires de mode, des guitares, de la noix de coco, de l'huile de noix de coco, des mangues séchées, de la carraghénine, des cadeaux, des jouets, des montres, des appareils photo, des composants électroniques et des articles ménagers.

Avec un taux de croissance des revenus de 18,8 % en 2012, le secteur immobilier est le secteur qui connaît la croissance la plus rapide à Cebu. Avec des indicateurs économiques solides et un niveau de confiance élevé des investisseurs, davantage de projets de copropriétés et d'hypermarchés se développent dans la localité. 100 autres bâtiments commerciaux et résidentiels seraient achevés d'ici 2015 et 170 à 200 autres bâtiments devraient être achevés d'ici 2017. 64 nouveaux hypermarchés seront développés à Cebu. [42]

En 2013, Cebu s'est classée au 8e rang mondial dans le « Top 100 BPO Destinations Report » du cabinet de conseil mondial Tholons. [43] [44] La Chambre de commerce et d'industrie de Cebu, une organisation d'entreprises de Cebu, promeut la croissance et l'économie de la ville sur les technologies de l'information et de la communication, dans le but de faire de Cebu la première destination d'investissement dans les TIC, les logiciels et les services électroniques en Asie du sud-est. Les données recueillies par l'Autorité nationale de développement économique (Neda) 7 ont montré que sur les 98 entreprises BPO et informatiques opérant à Cebu, 32 proposent des opérations vocales tandis que 66 entreprises proposent des opérations non vocales. Sur les 95 000 employés par l'industrie, plus de la moitié ou 50 000 travaillent dans le secteur non vocal. En 2012, la croissance des revenus IT-BPO à Cebu a augmenté de 26,9% à 484 millions de dollars, tandis qu'à l'échelle nationale, l'industrie a augmenté de 18,2% à 13 milliards de dollars. [45] [46]

L'économie de Cebu est également tirée par les zones minières et de carrières de Toledo, Naga, Alcoy et Danao.

Cebu se targue même d'être une filiale de l'un des principaux fabricants de patinoires au monde. Ces patinoires sont conçues et fabriquées à Cebu par Ice Rink Supply et expédiées dans le monde entier [47] et Freeze Point Rink Services. [48]

Infrastructure Modifier

L'aéroport international de Mactan-Cebu (MCIA) sur l'île de Mactan sert de principale porte d'accès aux routes nationales et internationales à destination ou en provenance de la ville de Cebu et d'autres îles de la région des Visayas. Au cours des 15 dernières années, le trafic de passagers de MCIA a augmenté en moyenne annuelle de 21 % pour le trafic international de passagers. L'aéroport est le deuxième aéroport des Philippines en termes de trafic de passagers et de fret. Le plan d'une nouvelle extension du terminal de l'aéroport est en cours et son coût est estimé à 240 millions de dollars dans le cadre d'un programme de partenariat public-privé du gouvernement philippin. Le nouveau terminal accueillera des vols internationaux tandis que l'ancien terminal accueillera des vols domestiques. [49]

En outre, le directeur général de MCIAA (MCIA Authority), Nigel Paul Villarete (qui était le projet de BRT plus tôt) a également proposé d'établir une ligne de bus rapide (BRT) pour transporter les passagers de l'aéroport vers et depuis MCIAA et différentes parties de Cebu. Cela sera intégré dans le système proposé de Bus Rapid Transit (BRT) en cours de planification dans le métro de Cebu.

Le port de Cebu est le plus grand hub maritime de la région des Visayas.

Cebu Pacific Air est une compagnie aérienne appartenant à la famille Gokongwei basée à Cebu. Le 28 mai 2008, Cebu Pacific a été nommée première compagnie aérienne mondiale en termes de croissance. La compagnie aérienne a transporté un total de près de 5,5 millions de passagers en 2007, en hausse de 57,4 % par rapport à 2006. [50] Le 6 janvier 2011, Cebu Pacific a transporté son 50 millionième passager (de Manille à Pékin). La compagnie aérienne a atteint les 100 millions de passagers en 2015. [51] Cebu Pacific a commencé des vols internationaux long-courriers vers le Moyen-Orient et l'Australie, un vol vers Guam à partir du premier trimestre 2016.

Les quartiers d'affaires notables sont le Cebu Business Park et le Cebu IT Park. Cette zone abrite des industries liées à l'industrie des technologies de l'information telles que le développement de logiciels, les télécommunications, les centres de recherche et développement en ingénierie et l'externalisation des processus métier. En 2013, la filiale d'Ayala Corporation, Ayala Land Inc., a annoncé qu'elle envisageait d'introduire un autre développement de parc d'affaires dans la région de Cebu City afin d'optimiser la haute performance des investissements immobiliers à Cebu. [52]

La remise en état de 300 hectares (740 acres 3,0 km 2 3 000 000 m 2 ) forme South Road Properties – un développement à usage mixte au sud de la ville qui comprend des industries de divertissement, de loisirs, résidentielles et commerciales. [53] Est le site de SM Seaside City Cebu, le huitième plus grand centre commercial au monde (et le troisième plus grand centre commercial des Philippines), Citta di Mare de Filinvest [54] et Il Corso, [55] et l'Université des Philippines – Campus de Cebu. [56]

Sur l'île de Mactan, le Mactan Oceantown de Megaworld Corporation est un parc d'affaires de 25 hectares près du Mactan Resort and Spa de Shangri-La. Le projet abritera des bureaux de haute technologie, un centre commercial, des tours et villages résidentiels, des installations de loisirs avec une façade balnéaire. [57]

L'île de Mactan est reliée au continent Cebu via le pont Mactan-Mandaue et le pont Marcelo Fernan.

Média Modifier

Cebu abrite une station de télévision locale, Cebu Catholic Television Network (CCTN) [a] ).

Malgré leurs stations locales, Cebuanos préfère regarder les quatre réseaux de télévision dominants des Philippines, à savoir : ABS-CBN, People's Television Network, IBC, The 5 Network, CNN Philippines et GMA Network.

Alors que les journaux nationaux sont présents sur l'île, Cebu a des journaux locaux en anglais - L'homme libre (sous le groupe Star), SunStar Cebu et Nouvelles quotidiennes de Cebu (sous le groupe Inquirer): et journaux en langue cebuano - SunStar Super Balita appartenant à SunStar, et Nouvelles du Banat appartenant à L'homme libre. Chacun des journaux locaux vend moins cher que leurs homologues nationaux.

L'école élémentaire philippine commence de la 1re à la 6e année. Le programme du secondaire dure six ans, de la 7e à la 12e année, après avoir obtenu son diplôme de l'école primaire. Cebu est considéré comme le principal centre éducatif des Visayas. Il compte onze grandes universités chacune avec un certain nombre de branches collégiales principalement dans la capitale, Cebu City, et plus d'une douzaine d'autres écoles et universités spécialisées dans divers cours tels que la médecine, l'ingénierie, les cours nautiques, les soins infirmiers, le droit, le commerce, l'éducation, Informatique et informatique et autres professions.

Les plus importantes de ces universités sont (par ordre alphabétique):

Cebu abrite une école internationale entièrement accréditée, Cebu International School, une école K-12 créée en 1924. Cebu est considérée comme une plaque tournante de l'enseignement médical, de nombreux étudiants internationaux venant étudier la médecine dans les facultés de médecine de Cebu. Certaines des écoles de médecine bien connues de Cebu se trouvent à l'Université des médecins de Cebu et à l'Institut de médecine de Cebu.

Attractions Modifier

Cebu City est un centre culturel important aux Philippines. L'empreinte de la culture espagnole et catholique romaine est évidente. Il existe également de nombreux sites d'importance historique dans toute la province.

Station de montagne Island in the Sky, Balamban

Musée de Carcar (anciennement Dispensaire de Carcar), Carcar

Fêtes Modifier

Le Sinulog Festival est la plus grande fiesta (festival) des Philippines. Organisé chaque troisième dimanche de janvier, il commémore l'Enfant Jésus (Santo Niño), le seigneur et protecteur de Cebu. Le Sinulog est un rituel de danse d'origine indigène préhispanique. Le danseur avance de deux pas et recule d'un pas au son rythmé des tambours. Ce mouvement ressemble au courant (sulog) de ce qui était alors connu sous le nom de rivière Pahina de Cebu. D'où le nom Sinulog.

La célébration du Sinulog Festival dure neuf jours, culminant le dernier jour avec la Sinulog Grand Parade. La veille du défilé, la procession fluviale a lieu à l'aube avec une statue du Santo Niño transportée sur un bateau-pompe de la ville de Mandaue à la ville de Cebu, ornée de centaines de fleurs et de bougies. La procession se termine à la Basilique où se déroule une reconstitution de la christianisation des Philippines sur l'île de Cebu. Dans l'après-midi, une procession plus solennelle a lieu le long des principales rues de la ville, qui durent des heures en raison de la grande foule participant à l'événement.

Lorsque les Espagnols sont arrivés à Cebu, le chroniqueur italien Antonio Pigafetta, naviguant en convoi avec l'expédition Magellan, a offert la figure en bois du Santo Niño comme cadeau de baptême à Hara Amihan, épouse de Rajah Humabon qui a été nommé Juana après son baptême ensemble. avec le Rajah, qui a également été rebaptisé, Carlos. Juana, avec les indigènes, selon la tradition, dansait et vénérait le Santo Niño de Cebu dans leur rituel de danse indigène Sinulog. [ citation requise ] Le rituel Sinulog a été préservé, en se concentrant sur le culte au Santo Niño. Une fois l'église Santo Niño construite au XVIe siècle, le peuple malais catholique a commencé à exécuter le rituel Sinulog devant l'église, les fidèles offrant des bougies et des danseurs indigènes criant « Viva Pit Señor ! », ce qui signifie "Faire confiance au Seigneur" [ citation requise ] .

Dans la province, le festival est partagé par Cebu City et Carmen. Le festival serait originaire de Carmen et était autrefois une version localisée du festival Ati-atihan introduit par Jose Motos, alors recteur de la paroisse de Saint-Augustin, la paroisse de la ville de Carmen, mais a ensuite été changé en "Sinulog sa Carmen" après que Sinulog soit devenu un festival établi de Cebuano. La danse Sinulog a été introduite pour la première fois à Cebu City par une femme nommée Estelita Diola, qui serait autrement appelée "Titang Diola". Sa famille maîtrisait la forme originale de la danse du Sinulog et la tradition lui a finalement été transmise par son père. En raison de sa grande contribution et de sa propagation de la danse Sinulog de Cebu, elle a été surnommée la « Gardienne du patrimoine ». La danse originale de Sinulog et son héritage de dévotion à l'Enfant Jésus à travers la danse se poursuivent aujourd'hui même après sa mort et se poursuivent encore à travers ses anciens élèves qui enseignent maintenant aux jeunes de Cebu les mouvements de danse originaux de Sinulog. Sinulog s'était depuis très diversifié par rapport à la danse originale de Titang Diola. Aujourd'hui, nous pouvons voir le Sinulog dansé tous les jours à la Basilique Minore del Santo Niño exécuté par les vendeurs de bougies. La version qu'ils interprètent s'appelle "Sinug" et sert uniquement à l'adoration et à la prière pour bénir les bougies des prières au Saint Enfant. La danse du festival Sinulog exécutée par des contingents dans le centre sportif de la ville est toujours religieuse et dévotionnelle, car les danseurs incluent souvent des supplications personnelles, des pétitions, des actions de grâces, des intercessions ou toute autre prière dans leur danse pour l'Enfant Jésus et leurs performances de danse dans la rue et le rituel l'épreuve de force sont toujours centrés sur le Saint Enfant. Il existe principalement deux types de danses Sinulog exécutées dans le festival, à savoir la "Catégorie basée sur Sinulog" et la "Catégorie d'interprétation libre". La catégorie Sinulog-Based fait référence à la danse Sinulog basée sur le Church Sinulog exécutée par des vendeurs de bougies tandis que la catégorie Interprétation gratuite fait référence à la danse Sinulog interprétée de quelque manière que ce soit, en dehors de Church Sinulog, aussi longtemps qu'elle est acceptable dans le festival. Ces dernières années, le festival a gagné en commercialisation, ce qui a rendu le festival et Cebu populaires, mais a malheureusement atténué la nature religieuse du festival. Malgré l'extrême commercialisation de la fête, Sinulog reste encore une fête religieuse pour les fidèles

Dans les années 1980 et 2000, les autorités de la ville de Cebu ont ajouté la fête religieuse de Santo Niño de Cebu pendant le festival Sinulog à son événement culturel. Bien qu'il s'agisse d'une fête religieuse et d'une fête chrétienne, Sinulog est devenu une célébration pour tous les Cebuanos et les Philippins, quelles que soient leur foi et leurs pratiques. Outre son caractère religieux, Sinulog est également devenu célèbre pour ses fêtes de rue. En 2012, Cebu a présenté Life Dance, la plus grande soirée dansante en plein air des Philippines. Les fêtes de rue Sinulog sont considérées comme une attraction majeure pour les jeunes mais, dans la plupart des cas pour la plupart des gens, en particulier les fidèles, un problème croissant qui menace la religiosité et la solennité du festival. En 2016, le festival a connu le pire cas enregistré de bousculade dans laquelle de grands groupes de personnes, à la fois fidèles et fêtards ivres, étaient encombrés dans les quartiers chics, sans voies de sortie praticables et pratiquement sans contrôle de foule jusqu'à minuit et avec un cas enregistré d'une adolescente perdant connaissance à cause d'espaces exigus. En raison de cet incident, le maire de la ville de Cebu, Tomas Osmeña, a imposé une interdiction stricte d'alcool dans les festivals suivants au cours de son mandat pour assurer la sécurité des fidèles et des spectateurs et pour maintenir la solennité de la célébration.

Se traduit littéralement par la "Victoire à Mactan", il s'agit d'une reconstitution historique du festival de la bataille de Mactan. Célébré canoniquement le 27 avril, il décrit les événements avant, pendant et immédiatement après la défaite du navigateur portugais Ferdinand Magellan aux mains de Lapu-lapu et de ses hommes. Habituellement, dans le Kadaugan sa Mactan, des célébrités philippines, en particulier des célébrités d'origine Cebuano, sont choisies pour représenter les personnages clés des événements de la bataille de Mactan (en particulier Lapu-lapu, sa femme Reyna Boulakna, et Magellan). Il s'agit généralement d'une célébration d'une semaine et se termine par la Fête de la Ramada, une reconstitution contemporaine stylisée de la célébration de la victoire après la bataille de Mactan, incorporant des danses et des pas latins et de salon. Bien que le festival Sinulog soit plus populaire en comparaison, le Kadaugan avait déjà été établi en tant que festival de Cebu et de sa culture et de son histoire bien avant que Sinulog ne soit un festival établi.

Se traduit littéralement par la « Célébration à Cebu », ce festival est un festival relativement nouveau à Cebu, conceptualisé en 2008. Ce festival était le « enfant » de la première femme gouverneur de Cebu, Gwendolyn Garcia. Ce festival était un programme et un effort touristique majeur lancé par le gouverneur afin de promouvoir Cebu en tant que province entière et de célébrer Cebu dans sa culture, sa foi, son histoire et son progrès continu. Dans ce festival, chaque ville de Cebu est encouragée à présenter un thème, un produit, un festival ou quelque chose d'unique de chez eux. Bien qu'il ne s'agisse pas en soi d'une fête religieuse, la louange, l'action de grâces et l'adoration à Dieu, ainsi que la dévotion aux saints patrons de chaque ville de Cebu sont également mises en avant dans la fête (comme indiqué dans la catégorie des plates-formes de procession portables pour les saints patrons ou Le meilleur à Andas Catégorie). Contrairement au festival Sinulog, qui est limité à deux catégories principales (basé sur Sinulog et interprétation gratuite), les participants de Pasigarbo ont plus de liberté dans l'interprétation de la culture, de la foi, de l'histoire et des produits de leur ville natale. Depuis sa conception, le festival avait été célébré chaque année au Centre international de conventions de Cebu (CICC) à Mandaue, autour de la date de la Journée de la charte provinciale de Cebu qui est célébrée tous les 6 août, mais a été interrompu après 2012. Cela a été en grande partie en raison du tremblement de terre de Bohol en 2013, qui a également fortement touché Cebu, ainsi que du manque de soutien du gouvernement provincial pour la réparation du CICC et du festival lui-même. C'était principalement parce que Garcia n'était plus en position de gouverneur à l'époque. Heureusement, le festival a récemment été relancé en 2019, moins d'un mois après le retour de Garcia au siège provincial. Contrairement aux célébrations précédentes, le Pasigarbo 2019, en raison de l'état d'abandon du CICC, a été célébré, un peu comme le Sinulog Festival, dans le complexe sportif de la ville de Cebu. Depuis son retour, il s'est imposé une fois de plus comme un festival provincial et un nouvel ajout aux principaux festivals et dates importantes de Cebu, avec le Sinulog Festival et le Kadaugan sa Mactan.

Autres festivals Modifier

Il s'agit d'une fête religieuse de la ville de Mandaue qui est en l'honneur de la Sainte Famille et est grandement inspirée et est directement associée aux activités religieuses du festival Sinulog. Le nom du festival est le terme Cebuano pour "rassemblement". C'est parce que le festival célèbre la Traduction (Transfert de relique) du Santo Niño de Cebu et de Notre-Dame de Guadalupe au Sanctuaire archidiocésain de Saint-Joseph, patron de Mandaue. Il a remplacé le Festival de Mantawi en tant que festival de Mandaue. La Fête est célébrée le jeudi précédant la Fête du Sinulog ou la veille de la Translacion qui marque le début du Triduum des activités de la "Fiesta Señor".

C'est la fête de Pâques de Minglanilla. Elle est célébrée en l'honneur de Jésus-Christ en tant que "Seigneur ressuscité". Il célèbre le mystère de la Résurrection de Jésus et la croyance traditionnelle des fidèles en l'apparition du Christ à la Bienheureuse Vierge Marie dans une révélation privée afin de lui révéler qu'il est ressuscité des morts et qu'il est vraiment Dieu. Le nom du festival est tiré du terme Sugat (Cebuano) ou Salubong (philippin) qui est une pratique traditionnelle pendant les veillées pascales où une image du Christ est montrée devant une image de la Vierge Marie qui est recouverte d'un voile noir pour montrer son deuil et sa tristesse, qui est ensuite soulevée par des anges, exposant la Vierge Marie avec une joie indicible à la Résurrection de Jésus. La deuxième partie du nom est le mot Cebuano pour "résurrection", qui est opportun pour la célébration religieuse. Le festival est centré sur la vie de Jésus, ainsi que sur la morale et les valeurs chrétiennes, les deux thèmes étant fortement intégrés dans les performances des danseurs du festival. Ce festival a valu à Minglanilla le titre de "Capitale pascale de Cebu".

Le festival Kabkaban est la fête religieuse locale de la ville de Carcar en l'honneur de Sainte Catherine d'Alexandrie. Le nom du festival était l'ancien nom de Carcar, qui a été tiré de Kabkab ("Kabkaban" pour le pluriel), le terme local pour la fougère Oakleaf (Aglaomorpha quercifolia). Le festival célèbre Carcar, ainsi que le mode de vie de Carcaranon et la culture, la foi et l'histoire musicale de la ville. Une grande partie des pas de danse utilisés dans la danse Kabkaban ont été empruntés et inspirés directement des mouvements de danse utilisés dans le Sinulog Festival et d'autres offres de danse Sinulog par la famille Sandiego avec leur compagnie, la « Sandiego Dance Company », dirigée par Val Sandiego, un originaire de Carcar. L'inspiration de la compagnie de danse est également évidente dans les costumes utilisés par les danseurs du festival Kabkaban, ainsi que les danseurs représentant Carcar au festival Sinulog ou à d'autres festivals comme le festival des festivals de Pasigarbo sa Sugbo. La fête de Kabkaban est célébrée du 23 au 25 novembre, conformément à la fête du saint patron de la ville.

Le festival La Torta est le festival gastronomique d'Argao. C'est en l'honneur de Saint Michel Archange. Il a remplacé l'ancien festival d'Argao, le "Pitlagong Festival" en 2011. Il célèbre le Torta, une tarte Cebuano qui rappelle la tarte espagnole, mais distincte dans sa recette car elle utilise Tuba ou du vin de palme comme agent levant à la place de la levure. Parce qu'Argao est l'une des villes espagnoles de Cebu (l'autre étant Liloan), les danseurs du festival de La Torta portent des costumes d'inspiration espagnole qui ont généralement un motif rouge et dansent des pas de danse espagnols ou d'inspiration espagnole. Elle est célébrée du 28 au 29 septembre pour coïncider avec la fête des archanges.

Le festival Dagitab est le festival de Noël des Naga. C'est en l'honneur de saint François d'Assise. Le nom du festival signifie "lumière électrique", ce pour quoi Naga est connu, en particulier pendant les vacances. En décembre, les rues, les parcs et les bâtiments de Naga sont éclairés de toutes sortes de lumières vives de différentes couleurs pour marquer la saison des fêtes. Mais ces lumières vives ont un coût, des pannes de courant. Pour résoudre ce problème, le gouverneur Gwen Garcia, en collaboration avec la province de Cebu, a créé une autre compagnie d'électricité pour fournir de l'électricité dans la ville. Le début des progrès électriques et une plus grande connexion ont lancé le début de l'industrialisation de Naga. Le mouvement industriel est également l'un des axes du festival. Les danseurs du festival Dagitab portent et incorporent des lumières/lampes LED dans leurs performances animées pour apporter l'esprit des fêtes à tout le monde et pour célébrer l'avancement de la ville. Ce festival a valu à Naga les titres de « capitale de Noël de Cebu » et de « centre industriel du sud ». Bien qu'elle soit en l'honneur de saint François, dont la fête est le 4 octobre, la fête est célébrée le 23 décembre, deux jours avant le jour de Noël.

Le Halad Inasal Festival est le festival gastronomique de Talisay. C'est en l'honneur de Sainte Thérèse d'Avila. Le nom du festival est tiré des mots Cebuano Halad, ce qui signifie offrir, et Inasal, qui fait référence au terme local pour Lechon ou Philippine Roasted Pig. Cebu est bien connu pour produire Lechon Inasal et possède deux villes qui sont dédiées aux "Lechon Towns", l'une étant Talisay (l'autre étant Carcar). Le festival s'appelait autrefois simplement "Festival Inasal", mais a été renommé "Festival Halad Inasal" pour souligner la religiosité du festival. Dans le festival Halad Inasal, les danseurs et les participants défilent des Inasal fraîchement rôtis et croustillants dans les rues de Talisay pendant qu'ils effectuent leurs offrandes de danse et les amènent même pendant qu'ils effectuent leur épreuve de force rituelle. Elle est célébrée autour, mais jamais directement, le 15 octobre, fête de Sainte Thérèse, afin de ne pas interférer avec les activités religieuses de la fête de la ville.

La fête de Bonga est la fête des moissons de Sibonga. C'est en l'honneur des deux saintes patronnes de la ville, Sainte Philomène et Notre-Dame du Pilier. Le nom du festival est le mot Cebuano pour "fruit". C'est une fête d'action de grâce pour la récolte abondante de fruits pendant la saison des récoltes de la ville. Elle est célébrée le 12 octobre, à l'occasion de la fête de la patronne originelle de la ville, la Sainte Vierge. Le festival a donné à la ville son propre titre en tant que "Corbeille de fruits de Cebu".

Le festival de Rosquillos est le festival gastronomique de Liloan. C'est en l'honneur de saint Ferdinand de Castille. Il célèbre les Rosquillos, un biscuit de type anneau philippin originaire de Liloan. Le cookie a été conceptualisé et conçu par une femme nommée Titay Frasco, qui était la fondatrice de Titay, la plus grande chaîne de Rosquillos aux Philippines. Elle est célébrée le 30 mai.

C'est la fête de la mer de Moalboal. C'est en l'honneur de saint Jean Népomucène. Le nom du festival est tiré du terme Cebuano pour « récifs coralliens. Il s'agit d'un projet de tourisme de nature initié par le gouvernement local visant à préserver les récifs de la ville, qui sont des sources viables de subsistance et d'écotourisme. C'est l'une des fêtes de la mer connues dans la province de Cebu, célébrée le 16 mai.

La Fête d'Utanon de Dalaguete, est la fête des moissons de la ville. C'est en l'honneur de saint Guillaume l'Ermite. Le nom du festival est le mot Cebuano pour "légumes". C'est un festival d'action de grâces pour la récolte abondante de légumes de la ville, toute l'année. Elle est célébrée le 10 février. Le festival a contribué à reconnaître la ville en tant que producteur de céréales et de légumes, donnant à la ville le titre de « Salad Bowl of Cebu ».

Le Siloy Festival est le festival de la nature et le projet d'écotourisme d'Alcoy. C'est en l'honneur de Sainte Rose de Lima. Le festival tire son nom du terme local de Black Shama Bird (Copsychus Cebuensis), une espèce locale d'oiseau chanteur que l'on ne trouve qu'à Cebu, avec son dernier bastion dans la forêt tropicale et les zones boisées d'Alcoy. Le festival est un projet destiné à promouvoir la sensibilisation au Black Shama et à sa nature en voie de disparition et à aider à préserver les espèces d'oiseaux endémiques Shama de Cebu, ainsi qu'à aider à sauver la Terre Mère. Elle est célébrée le 23 août de chaque année.

Le Palawod Festival est le festival de la mer de Bantayan. C'est en l'honneur des Sts. Pierre et Paul, qui sont tous deux les saints patrons de la ville. Le nom du festival signifie "voyager dans les eaux profondes". C'est une fête d'action de grâce pour les prises abondantes et pour l'abondance de la mer et sa générosité. Il est célébré le 29 du mois de juin pour être lié à la solennité des saints. Pierre et Paul.

Le festival Tostado est le festival gastronomique de Santander. C'est en l'honneur de Saint-Gabriel l'Archange. Il célèbre le Tostado, un biscuit sablé Cebuano en forme de fleur. L'économie locale avait été fortement stimulée grâce au cookie Tostado, qui avait fourni des opportunités d'emploi à de nombreuses personnes. Cette fête célèbre aussi les richesses de la commune. Elle est célébrée le 3ème dimanche d'avril.

C'est la fête de la mer et la fête de la ville de Madridejos. C'est en l'honneur de l'Immaculée Conception. Le nom du festival est le mot Cebuano pour "poisson". Il célèbre les prises abondantes et l'abondance d'espèces de poissons et d'autres espèces marines de la région. Elle est célébrée le 8 décembre, qui est aussi la solennité de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.

C'est la fête du tissage de Badian. C'est en l'honneur de Saint Jacques le Grand. Il célèbre le Banig, un tapis philippin tissé à la main à partir de feuilles de Pandanus qui est couramment vendu, dans la province, à Badian. Elle est célébrée le 25 du mois d'avril.

C'est la fête de la ville de Tolède. C'est en l'honneur de Saint Jean de Sahagun. Le nom de ce festival est une fusion de deux mots Cebuano, Hinaguan, qui signifie "fruits du travail", et Bulawan, qui signifie « brillant » ou « doré ». C'était, historiquement, l'ancien nom de la ville. Actuellement, c'est le nom d'une rivière que l'on retrouve dans la commune. Le festival Hinulawan célèbre la riche culture et l'histoire de la ville, ainsi que les cœurs dorés et la personnalité brillante et accueillante des Toledohanons. Il tombe le 12 juin, qui coïncide avec la célébration du jour de l'indépendance des Philippines.

Appelé à l'origine le "Sadsad Festival", il s'agit du festival local d'Oslob. Comme le festival Isda, il est en l'honneur de l'Immaculée Conception. Le nom du festival est le terme Cebuano pour l'acte de "tremper". Le nom du festival est une référence à l'étymologie du nom de la ville dans laquelle deux soldats espagnols ont identifié par erreur la ville après avoir demandé à un couple qui, en raison d'une mauvaise interprétation, pensait faire référence à ce qu'ils faisaient. Le couple ne comprenait pas que les soldats demandaient le nom de la ville et pensaient simplement qu'ils faisaient référence aux bananes bouillies qu'ils plongeaient dans du vinaigre salé pour qu'ils ne puissent prononcer que « Toslob ». Les soldats les ont apparemment mal entendus et ont pensé qu'ils avaient dit "Oslob". Depuis lors, la ville a été désignée par ce nom que les soldats espagnols ont entendu. La fête de Toslob est une célébration d'action de grâce pour les grâces reçues en tant que communauté de la ville. Elle est célébrée le 8 décembre, qui est aussi la solennité de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.

C'est la fête des moissons de Pinamungajan. C'est en l'honneur de Sainte Monique. Le nom du festival vient du mot Cebuano, Pinamuhuan, ce qui signifie "la part de la récolte d'un ouvrier". C'est une célébration d'action de grâce pour la récolte abondante dans la ville. Elle est célébrée le 27 août.

C'est la fête de la ville des Asturies. C'est en l'honneur de Saint-Roch. Le nom du festival vient du mot Cebuano qui fait référence à la combinaison des cultures de différentes personnes. Le nom du festival a été tiré de l'ancien nom de la ville, qui était Naghalin. La ville s'appelait « Naghalin » car c'était un endroit où les migrants s'installaient et formaient un quartier. Le quartier a rapidement prospéré en une communauté et une ville de Cebu. Cette fête est une célébration d'action de grâce pour les grâces reçues par la ville et la communauté. Elle est célébrée le 16 août.

Panagsogod Sarok Tagbo Tubod Katubhan Putting Baybay Lingaw-sadya Garbo Karansa Soli-soli Kinsan Binuyocan/Buyoc Humba Haladaya Bahandi Lapyahan Hinatdan Dinagat Pintos Tuba (Festival) Budbod Kabog Sinanggiyaw Manioc (Festival) Pamdayug Dinagat


Musée militaire de l'État de New York et centre de recherche sur les anciens combattants

L'État de New York, la Division des affaires militaires et navales et le Musée militaire de l'État de New York ne sont pas responsables du contenu, de l'exactitude, des opinions ou du mode d'expression des anciens combattants dont les entretiens historiques sont présentés dans ces vidéos. Les opinions exprimées par les personnes interrogées sont les leurs et non celles de l'État de New York.

Le Musée militaire de l'État de New York ne peut pas fournir de copies individuelles de ces entretiens.

Format

Genre

Conflit / Années

Branche

Théâtre

Ville natale

Remarques

Transcription uniquement.
Interviewé par Michèle Starkey pour La sentinelle (Comté d'Orange, NY)

61 Lake Avenue, Saratoga Springs, NY 12866
Téléphone : (518) 581-5100 | Télécopieur : (518) 581-5111

Horaires du MUSÉE :

mardi & ndash samedi
10h00 et 16h00
Fermé le dimanche et le lundi, et
tous les jours fériés nationaux et fédéraux

HORAIRES DU CENTRE DE RECHERCHE :

Mardi et vendredi
10h00 & ndash 16h00
Les rendez-vous sont obligatoires.

©2021 Musée militaire de l'État de New York et centre de recherche sur les anciens combattants. Tous les droits sont réservés.


Cebu à l'époque

Autrefois un village de pêche et de commerce florissant, l'île était déjà engagée avec la Chine, la Malaisie, le Japon, l'Inde, la Birmanie et d'autres civilisations d'Asie. Bien que connaissant le commerce, ces gens vivaient dans des maisons sur pilotis faites de bambou, de bois et de nipa. Leur mode de vie comprenait également des tatouages ​​​​sur le corps, des bijoux en or, des vêtements en soie et la coloration des lèvres. Même avec toutes ces coutumes, leur vie était paisible et simple.

Des endroits aux Philippines, dont Cebu, ont connu plus d'une colonisation des centaines d'années plus tard, l'arrivée de Ferdinand Magellan sur les rives de Cebu en 1521. Mais même avant l'arrivée des conquistadors espagnols, l'île abritait des personnes d'origine malaise. Il était autrefois appelé par différents noms comme Subgu, Zebu, Sebu et Sibuy.

Après la mort de Magellan aux mains du chef guerrier Lapu-Lapu, l'arrivée de l'Espagnol Miguel Lopez de Legazpi en 1565 a amené Cebu et finalement tout le pays aux mains de l'Espagne et du catholicisme. Même après la longue ère 300 des colonisateurs espagnols, ils ont imprimé à jamais leur culture et leur religion dans l'histoire des Philippines.


Cebu

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Cebu, ville, île de Cebu, centre-sud des Philippines. Situé sur la côte est de l'île de Cebu, il est protégé par l'île Mactan au large et par la Cordillère centrale intérieure. C'est l'une des plus grandes villes du pays et c'est un port animé. Son port est fourni par le détroit abrité entre l'île de Mactan et la côte.

La plus ancienne colonie du pays, elle est également l'une des plus historiques et conserve une grande partie de la saveur de son long héritage espagnol. Un port prospère occupait le site lorsque Ferdinand Magellan, le navigateur et explorateur portugais, y débarqua le 7 avril 1521. Il scella un pacte de sang avec Humabon, le chef de Cebu, mais fut tué plus tard par le chef Lapulapu de l'île voisine de Mactan. Le 27 avril 1565, Miguel López de Legazpi et le frère Andrés de Urdaneta arrivèrent à Cebu et fondèrent la première colonie espagnole et mission catholique dans l'archipel des Philippines. Pendant six ans, jusqu'au déménagement de Legazpi à Manille, Cebu était la capitale coloniale espagnole. Il est resté le principal bastion espagnol dans la partie sud des Philippines.

Le noyau culturel et commercial de la région centrale de Visayan, Cebu a été ouvert au commerce extérieur en 1860. Il a été affrété comme une ville en 1936. Bien qu'il importe peu de marchandises étrangères, c'est le principal centre de collecte pour ces produits interinsulaires comme le coprah, l'abaca , le sucre, le bois et le poisson. Cebu est un point majeur du trafic de passagers par air et par mer et est desservie par un aéroport international de l'autre côté du port de l'île de Mactan.

De nombreuses entreprises industrielles et commerciales basées à Manille ont des succursales à Cebu City. Les usines d'entreposage et d'assemblage pour le commerce de gros sont importantes pour l'économie. Les textiles, les chaussures, les aliments transformés, les huiles végétales, les meubles et les produits chimiques sont les principaux produits. Les autres produits manufacturés comprennent les cosmétiques, les bougies, les bijoux en perles et aigue-marine, et soeurs (guitares et ukulélés), ces derniers principalement fabriqués sur l'île de Mactan. La ville est facilement accessible depuis tous les points de l'île de Cebu. Un chemin de fer côtier relie la ville de Cebu au nord jusqu'à Danao et au sud jusqu'à Carcar, et des autoroutes traversent la Cordillère centrale voisine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a été presque détruite par les Japonais en mai 1942, mais le port est resté intact. La ville a ensuite été reconstruite et agrandie. Son tracé suit la configuration du littoral, avec le principal quartier d'affaires jouxtant la zone portuaire. Les citadins sont concentrés à proximité et l'afflux de population a contribué à une pénurie de logements. Les banlieues sont situées au nord et au sud le long de la plaine côtière.

Cebu City est un archevêché catholique romain et est un centre d'éducation. C'est le site de cinq grandes universités : l'Université de San Carlos (1595), l'Institut de technologie de Cebu (1946), l'Université du Sud-Ouest (1946), l'Université des Philippines du Sud (1927) et l'Université des Visayas (1919). Les ruines du fort espagnol San Pedro se trouvent près du port. Pop. (2010) 866 171 (2015) 922 611.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Michael Ray, rédacteur.


Faits sur l'âge de pierre

Au début de l'âge de pierre, les humains vivaient en petits groupes nomades. Pendant une grande partie de cette période, la Terre était dans une période glaciaire, une période de températures mondiales plus froides et d'expansion glaciaire.

Mastodontes, chats à dents de sabre, paresseux géants et autres mégafaunes erraient. Les humains de l'âge de pierre chassaient les grands mammifères, notamment les mammouths laineux, les bisons géants et les cerfs. Ils utilisaient des outils en pierre pour couper, piler et écraser, ce qui les rendait meilleurs pour extraire la viande et d'autres nutriments des animaux et des plantes que leurs ancêtres.

Il y a environ 14 000 ans, la Terre est entrée dans une période de réchauffement. De nombreux grands animaux de l'ère glaciaire ont disparu. Dans le Croissant Fertile, une région en forme de boomerang délimitée à l'ouest par la mer Méditerranée et à l'est par le golfe Persique, le blé sauvage et l'orge se sont multipliés à mesure qu'il se réchauffait.

Certains humains ont commencé à construire des maisons permanentes dans la région. Ils ont abandonné le mode de vie nomade de leurs ancêtres de l'ère glaciaire pour se lancer dans l'agriculture.

Les artefacts humains dans les Amériques commencent également à apparaître à partir de cette époque. Les experts ne savent pas exactement qui étaient ces premiers Américains ou d'où ils venaient, bien qu'il y ait des preuves que ces gens de l'âge de pierre ont peut-être suivi une passerelle entre l'Asie et l'Amérique du Nord, qui a été submergée par la fonte des glaciers à la fin de la dernière Âge de glace.


Débarquements amphibies au Sud Vietnam

La flotte a fourni un soutien direct à la campagne au Sud-Vietnam avec son groupe amphibie de longue date et sa force de débarquement spéciale (ARG/SLF). La formation puissante, polyvalente et mobile capable de frapper le long du littoral sud-vietnamien et loin à l'intérieur des terres.

Initialement, l'ARG se composait généralement de trois ou quatre navires, dont un navire d'assaut amphibie (LPH), un navire de débarquement de quai (LSD), un transport d'attaque (APA) ou un quai de transport amphibie (LPD), et un navire de débarquement de chars ( LST). D'autres navires amphibies augmentaient souvent cette force. Le Marine SLF était composé d'un escadron moyen d'hélicoptères équipé de 24 UH-34 et embarqué dans le LPH. Une équipe de débarquement du bataillon d'infanterie, renforcée par de l'artillerie, des blindés, du génie et d'autres unités de soutien, comprenait l'élément de combat au sol. Ces hommes et leur équipement ont été répartis entre les navires, permettant des débarquements à terre par hélicoptère, par les 41 véhicules d'atterrissage à chenilles organiques (LVT) de la force, ou par les deux méthodes.

La flotte a fourni une assistance supplémentaire pour les opérations amphibies, y compris la couverture aérienne des porte-avions, l'appui-feu naval, l'approvisionnement de la Force de soutien logistique (Task Force 73) et le soutien médical des navires-hôpitaux Repose (AH 16) et Sanctuary (AH 17) positionnés à proximité du large. . Le personnel naval a également servi dans les unités de la Marine en tant que membres du corps médical, aumôniers et observateurs, ces derniers dans les détachements de la 1ère compagnie de liaison aérienne et navale. De plus, l'équipe de démolition sous-marine, le SEAL, le maître de plage et des unités spéciales de communication sur la plage ont soutenu les opérations à terre.

À divers moments de la guerre, les sous-marins de transport Perch (APSS 313), Tunny (APSS 282) et Grayback (LPSS 574) ont transporté des équipes de démolition sous-marine de la Marine, des SEAL et des marines sud-vietnamiens vers des plages de débarquement potentielles. Une fois sur place, les hommes de la guerre spéciale navale sont sortis silencieusement des bateaux, ont nagé ou ramé des radeaux en caoutchouc à travers les vagues et ont effectué des reconnaissances vitales ou d'autres opérations spéciales à terre.

Le commandant de la Force opérationnelle amphibie de la septième flotte (Commandant de la Force opérationnelle 76) exerçait le contrôle opérationnel de l'ARG (Groupe de tâches 76,5) et du SLF (Groupe de tâches 79,5) en mer. Avec le déploiement d'un autre ARG/SLF, affecté respectivement aux désignations 76.4 et 79.4, en mer de Chine méridionale en avril 1967, la flottille amphibie a été divisée en ARG/SLF Alpha et ARG/SLF Bravo.

A battalion of the 9th Marines was one of the first units to land in Vietnam following the decision to commit Marine forces against the Viet Cong. On 8 March 1965, BLT (Battalion Landing Team) 3/9, commanded by Lieutenant Colonel Charles E. McPartllin, Jr., landed in Da Nang in central Vietnam as part of the 9th Marine Expeditionary Brigade. Although clearly communicating that the Marines had arrived, the landing was an administrative landing in friendly territory, rather than an assault landing on an enemy-held beach.

Following the landing on 8 March 1965 of Marine forces at Danang, which marked the beginning of a new era in America's Southeast Asian involvement, naval leaders awaited additional amphibious shipping and prepared plans for employing the ARG/SLF against the enemy. In the interim, the task group protected Qui Nhon until Army units arrived, and covered the landing in II Corps of the Army's 1st Cavalry Division.

During this preparation, the U.S. command took advantage of good intelligence to launch Operation Starlite, perhaps the greatest amphibious success of the war. Discovering that the 1st Viet Cong Regiment planned to attack the Marine enclave at Chu Lai from a coastal village 12 miles to the south, General Westmoreland directed the III Marine Amphibious Force, the chief Marine command in South Vietnam, to preempt the assault and destroy the 1,500-man enemy unit. Between 18 and 25 August, a cruiser and two destroyers poured accurate naval gunfire on the enemy concentration as the Seventh Fleet Amphibious Ready Group landed Marine units on the beach. Other elements were helicoptered inland from Iwo Jima (LPH 2) and Chu Lai. By the end of the week-long battle, the 1st Viet Cong Regiment was pushed up to the sea by three Marine and two South Vietnamese battalions and then pounded by air and naval gunfire. At the cost of 45 Marines killed and 203 wounded, the allied force inflicted 623 casualties on the enemy unit, putting it out of action for some time.

Seeking to complete the destruction of the Viet Cong unit that had withdrawn further south to the Batangan Peninsula, in September U.S. Navy, U.S. Marine, and South Vietnamese forces, including Coastal Force elements, conducted Operation Piranha. Learning from the costly Starlite setback, however, the Communists now avoided pitched battles on the coast and evaded the allied search. Although 178 enemy soldiers were reported killed, contact was light throughout the action.

By the end of September 1965, U.S. leaders were prepared to initiate an amphibious campaign against Communist forces along the entire South Vietnamese coast. COMUSMACV and fleet commanders planned a series of ARG/SLF raids, designated Dagger Thrust, in support of the Market Time antiinfiltration effort against Viet Cong bases, supply points, and small units. The first three raids were carried out in rapid succession between 25 September and 1 October as the force struck at target areas near Vung Mu, Ben Goi, and Tam Quan in II Corps, but without finding any significant sign of the enemy. On 30 November the Navy-Marine team first struck at a suspected Viet Cong infiltration base on Cape Ke Ga southwest of Phan Thiet and then at Phu Thu in northern II Corps on 5 and 6 December. Neither strike was successful. The program was hampered by dated intelligence, some enemy foreknowledge of U.S. intentions, and prolonged preparations.

The focus on destroying the enemy's main force units also continued as naval amphibious forces conducted operations Blue Marlin I and II near Tam Ky and Hoi An in November. Again, the results were negligible. Then from 9 to 19 December, III Marine Amphibious Force units and the fleet's ARG/SLF combined with South Vietnamese troops to strike at their old nemesis, the 1st Viet Cong Regiment, again up to strength and located in the hills west of Chu Lai. Although the three Marine and three South Vietnamese battalions killed 407 and captured 33 of the enemy and seized over 100 weapons and 60 tons of ammunition, the cost was very high. Ambushes and other tactics left 181 South Vietnamese troops killed or missing and 141 wounded. The Marines suffered 45 dead and 218 wounded.

In Double Eagle, the largest amphibious operation to date in South Vietnam, the ARG/SLF forces joined Marine and South Vietnamese units in a lengthy sweep for enemy regiments near Quang Ngai City and Tam Ky in I Corps. From 28 January to 1 March 1966, the allied force searched for Viet Cong units, but the enemy's good intelligence network enabled him to avoid significant contact.

Again in March and April the allies mounted a multiunit effort to find and destroy Communist forces. In Operation Jackstay, which lasted from 26 March to 7 April, the Navy-Marine ARG/SLF combined with other U.S. and South Vietnamese units to attack the Viet Cong in the Rung Sat swamp that surrounded the vital shipping channel to Saigon. Although most enemy units evaded the search, the allies, at least temporarily, disrupted operations in the Viet Cong base area.

Following the unproductive Operation Osage in April and May 1966, U.S. leaders concluded that the growing allied strength in coastal areas would keep the enemy from concentrating large units there in the future. Thus, amphibious raids and sweeps along the shore were no longer considered valid tactics. From June through September, in a series of operations labelled Deckhouse, the ARG/SLF joined Army or III Marine Amphibious Force troops in lengthy multibattalion combat actions inland. Still, the results were disappointing for the Navy-Marine team as the enemy, except during Deckhouse IV, declined to stand and fight.

Beginning in October 1966, the growing menace from North Vietnamese Army (NVA) units moving south through the DMZ drew the ARG/SLF to the northernmost reaches of the Republic of Vietnam. Before the end of the year Vice Admiral John J. Hyland, Commander Seventh Fleet, temporarily established an additional amphibious task group positioned just offshore for quick reaction. While Deckhouse V was undertaken during the early part of 1967 in the Mekong Delta, the year's other 24 amphibious operations took place in I Corps. Further, most ARG/SLF combat actions were in support of the Marine stand against the fierce thrusts of the North Vietnamese Army at Dong Ha, Con Thien, and Quang Tri City and in the DMZ itself.

The amphibious force, permanently augmented by another ARG/SLF after April 1967, was often used to extend the allied flank at sea, block Communist movements, land troops in the enemy's rear, or reinforce front-line units. Troops deployed by helicopter or amphibious craft, cruisers, and destroyers provided this ready, mobile, and powerful assistance. Noteworthy actions included landings in the southern half of the DMZ in May and operations in August and September to prevent the Communists from disrupting South Vietnam's national elections. While the ARG/SLF accounted for over 3,000 enemy killed during the year, the force's support enabled other allied units to inflict even greater damage on the North Vietnamese Army.

During January 1968, the ARG/SLF Marines carried out four heliborne operations ashore in I Corps. The enemy's massive Tet Offensive, launched on the 30th, soon demanded the suspension of amphibious landings and long-term commitment ashore of the fleet's Marine forces. During the next four months, the ships of both ARGs served as havens for the Navy's riverine combat and logistic craft deployed to the area for the emergency. This sea- based support was crucial to the eventual allied military success in the northern reaches of South Vietnam. From June to the end of the year, the amphibious task forces took part in nine I Corps operations that decimated Communist forces fighting to hold Hue and the surrounding region.


File history

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUsereCommenter
courant13:07, 29 julie 2015600 × 600 (297 bytes) ClindbergReverted to version as of 03:50, 29 December 2013. No need to dup File:SignalFlagZulu-USNSpec.svg color should be same as other ICS
18:22, 27 aprile 2015210 × 210 (320 bytes) Andrew J.Kurbikocolors
03:50, 29 desembre 2013600 × 600 (297 bytes) EclecticArkiesvg code reduction
19:25, 8 aprile 2007600 × 600 (490 bytes) Indolences<>
02:12, 17 januare 2006600 × 600 (6 KB) Denelson83Square version
10:24, 6 januare 2006600 × 600 (6 KB) Denelson83International signal flag for the letter "Z". Created by Denelson83. <>


CEBU – A Glimpse of Its Past

The name Cebu came from the word “SEBU” meaning animal fat. Long before the coming of the Spaniards, it was a fishing village ruled by Rajah Humabon.

Cebu metamorphosed in more ways than one, but always for the better. From a sleepy fishing village to a fledging trading port in 1521, from the first Spanish settlement named Villa del Santisimo Nombre de Jesus in 1575 to a municipality in 1901, Cebu finally became a chartered city on February 24, 1937. Being the first and oldest city in the country antedating Manila by 7 years, having the oldest schooland oldest street and being the cradle of Christianity in the Far East (i.e. Magellan’s cross planted in Cebu as a symbol of natives embracing the Christian faith), Cebu is replete with historical firsts.

Miguel Lopez de Legazpi then urged men to construct the oldest and smallest fort in the country: Fort San Pedro. As Spain intensified its colonization efforts, indignant islanders showed opposition by way of intermittent attacks against the colonizers. The rebellion paved the way to the construction of Fort San Pedro, a Spanish military stronghold.

However, the fort fell to the hands of the native Cebuanos when Americans commanded by Commodore George Dewey vanguished the Spanish fleet in December 1898 in the Battle of Manila Bay. With the American reign in full force in 1901, then Senate Pro Tempore and late President Sergio Osmeña, Sr., and then Congressman and Majority Floor Leader in the House of Representatives, the late Senator Manuel Briones vigorously lobbied for Philippine Independence.

The streets of Tres de Abril and V. Rama were the sites of a fierce battle on April 3, 1898 when General Leon Kilat of Bacong, Negros Oriental spearheaded the revolution against Spanish colonialism. The Spaniards sought refuge at the Fort San Pedro and three days of relentless attacks would have spelled victory for the rebels were it not for the propitious arrival of the Spanish armada.

February 24, 1937 was a milestone in Cebuano history as Cebu City was granted the charter by virtue of Commonwealth Act No. 58 enacted by Congress on October 20, 1936. The late Senator Vicente Rama, formerly representative of Cebu’s 3 rd district was instrumental as author and sponsor of the bill. It was at that time that Secretary of Interior and Local Government Elpidio Quirino appointed the mayor and board members of Cebu City in his capacity as representative of Manuel Quezon.

Shortly after the landing of the Japanese army in Cebu City on April 10, 1942, the entire province became the principal Japanese base due to its strategic location and substantial population. Cebu finally saw the light of freedom in March 1945 when American liberation forces landed in Talisay town. Liberation came in full circle in March 1946 and to restore law and order, a civil government dubbed as Philippine Civil Affairs Unit (PCAU) was established in the city.

In April 1965, the entire Christian world focused its attention on Cebu City, considered as the cradle of Christianity in the Far East as it played host to the 400 th Anniversary of Christianity in the Philippines. The celebration highlighted the contributions of Miguel Lopez de Legazpi and Fray Andres de Urdaneta in proselytizing Christianity by way of establishing a Spanish settlement in the province. In a country where Catholics predominate, the conferment of the San Agustin Church to the title Basilica Minore del Santo Niño proved to be a momentous occasion as Rome sent its representative Papal Legate, His Eminence Ildefonso Cardinal Antonuitte.


Voir la vidéo: Dumanjug, Poblacion Cebu (Mai 2022).